Les Bracelets Rouges, un an plus tard : retour sur un phénomène engagé !

Bonjour à tous !

Vous êtes peut-être au courant, les Bracelets Rouges reviennent pour une deuxième saison, dès le 11 mars sur TF1 ! Alors à cette occasion, je vous propose de plonger dans l’univers d’Albert Espinosa, l’auteur du livre à l’origine de la série, que j’avais réalisée l’année dernière juste avant la diffusion de la première saison…

Les Bracelets Rouges, la série qui a bouleversé la France, revient prochainement sur TF1 !

J’avais entendu parler de la série sur les réseaux sociaux, et j’avais été conquis par sa dimension humaine et engagée. Puis j’ai ensuite appris que cette série avait été adaptée d’un livre d’Albert Espinosa, « El mundo amarillo », littéralement « Le monde soleil ».

En effet, Albert Espinosa a vécu avec le cancer durant toute son enfance, et a donc voulu ensuite partager son expérience, faite de bons moments comme de moments plus durs… L’écriture lui a permis cela, mais il n’a pas souhaité s’arrêter en si bon chemin, puisqu’il a ensuite décidé de réaliser la série télévisée « Polseres vermelles », diffusée sur TV3, une chaîne de télévision espagnole. Dans cette série, directement inspirée de son expérience personnelle, nous suivons des patients atteints de cancer, et nous vivons avec eux leurs joies et leurs peines. Parce que même si la vie des personnes atteintes de cancer est souvent compliquée, il faut toujours essayer de voir les points positifs de chaque chose, pour mieux accepter ce que l’on est et ce que l’on vit.

Cette série a rencontré un grand succès en Espagne, mais ce que peu de gens savent, c’est qu’avant cette série, Albert Espinosa avait déjà réalisé et dirigé un film sur son histoire. Il s’agit de « Planta 4a », un film que chacun devrait avoir vu dans sa vie, tellement il est vecteur de tolérance et d’espoir. On y retrouve des ressemblances avec « Polseres Vermeilles », mais en même temps, ce film est tellement plus vivant et plus engagé… C’est un très bon film, qui malheureusement est très difficile à trouver en intégralité et en bonne qualité.

L’histoire d’Albert Espinosa, à la fois dans son film « Planta 4a » et sa série « Polseres Vermelles », a vite donné des idées aux chaines de télé des pays du monde entier. « Polseres Vermelles » est ainsi diffusé dans sa version originale en Argentine, au Mexique, en Finlande et en Suède. Egalement, des versions dérivées de la version originale sont diffusées dans de nombreux autres pays : Red Band Society aux Etats-Unis pour la FOX, Braccialetti Rossi en Italie pour la RAI 1, Pulseras Rojas au Chili et au Pérou, Club der roten Bänder en Allemagne, Krasnye braslety en Russie et en Ukraine.

Petite dernière dans la course, la France va se lancer en 2018, avec la diffusion de la première saison des « Bracelets Rouges ». Réalisée par Nicolas Cuche (« Joséphine Ange Gardien », « La chance de ma vie »), cette adaptation fût un véritable carton d’audience, avec 25% d’audience en moyenne.

La série sera donc bien évidemment de retour pour une deuxième saison, dès le 11 mars sur TF1. A cette occasion, je vous propose de redécouvrir l’interview que j’avais accordé l’année dernière en exclusivité à Albert Espinosa, mais cette fois-ci en version originale, sans aucune modification de cohérence ou d’orthographe, pour que vous puissiez découvrir encore davantage l’univers de l’auteur.

Je laisse donc mes questions en espagnol. Les réponses ayant été traduites en français directement par Albert dans un français plus ou moins parfait, je ne dispose pas de leur version espagnole. Bonne lecture !

¿Cómo se te ocurrió la idea, el deseo de escribir Les Bracelets Rouges? 

Bracelets ROUGES Le monde soleil est un livre autobiographique. Il raconte ma vie quand j’étais petit. J’ai eu un cancer de 14 à 24 ans, et pendant ces dix ans j’ai perdu une jambe, un poumon et la moitié du foie, mais j’ai toujours été heureux. Et, dans Le monde soleil, je ne parle pas de cancer, je parle de ce que j’ai appris grâce au cancer. Tout ce que cette maladie m’a appris au quotidien, jour après jour.

En m’inspirant de ce livre, j’ai ensuite écrit une série appelée «BRACELETS ROUGES», et sûrement le plus incroyable n’a pas été le nombre de prix ni l´énorme d’audience qu’il a eu ou que Steven Spielberg a acheté les droits , mais que les enfants me dissent que leurs héros ne portent pas un manteau mais de Bracelets Rouges

J’ai toujours pensé que, si tu crois en tes rêves, ceux-ci finissent par s´accomplir. J’ai donc eu la chance de passer d’une petite chambre d’hôpital à un grand écran.

¿Qué mensaje quisiste transmitir a través de este libro? 

Le monde soleil est un livre plein d’humour, d´envie de vivre et très positif.

Souvent, quand je suis en short dans la rue, les gens font comme s’ ils n’ avaient pas remarqué que je n’ai qu’une seule jambe, mais, aussitôt après m’avoir croisé , ils se retournent pour me regarder; alors je me retourne moi aussi et les attrape tous. Et je leur demande pourquoi ne me demandez- vous pas si cela est le plus important dans ma vie.

J’ai eu la chance de faire une fête de départ pour ma jambe. J’avais 13 ans quand je l’ai perdue, et le docteur, la veille au soir, m’a proposé de faire une fête de départ pour ma jambe. Alors j’ai fait cette fête, et j’ai invité les gens qui avaient à voir avec ma jambe. J’ai invité le gardien de but à qui j’avais mis 50 buts; en réalité je n’en avais mis qu’un, mais aux malades de cancer on nous laisse dire tout et n’importe quoi. Donc j’ai dit 50 et il a dit oui. J´ai invité aussi la fille à qui j’avais fait du pied sous la table et finalement j’ai dansé ma dernière danse sur mes deux jambes avec une infirmière. Je n’avais pas de musique, mais mon voisin de chambre était un fan du chanteur Antonio Machín et nous l’avons mis et on a écouté « Attends moi au ciel». C’est ainsi que ma dernière danse fut au rythme «d’attends moi au ciel», parfaite pour l’occasion. 

Mais le meilleur de tout cela c’est que je n’ai pas éprouvé le fantôme, la sensation de sentir la jambe quand tu ne l’as plus, parce que je crois que je lui avais tellement bien dit au revoir que même le fantôme était parti avec elle. Et ce qui a été vraiment bien c´est quand ils m´ont demandé si je voulais donner ma jambe à la science. Je l´ai donnée, mais, je ne sais pas pourquoi, ils ne l´ont pas voulue et je l’ai donc enterrée. Et cela m’a permis de dire une phrase que, certainement, je suis le seul ici à pouvoir exprimer. Je crois que je suis le seul à pouvoir dire «que j’ai un pied au cimetière».

Je dis toujours que l’humour aide à tout expliquer et nous aide aussi dans m’importe quelle situation. Par exemple, les gens pensent que les jambes orthopédiques comme celles que je porte sont en bois, comme celles des pirates. Mais j’ai toujours cru que les meilleures blagues sont celles qui portent sur la réalité. Par exemple, j’ai eu une jambe hydraulique, mais c´est un problème car elle se casse et perd de l’huile. Un jour, je me suis retrouvé dans la rue et une dame m’a dit: «Vous perdez de l’huile». Et c’était vrai, il y avait une coulée d’huile et c´était moi qui était tout au bout de cette coulée.

Ou, par exemple, maintenant que j’ai une jambe électronique, j’ai le problème de ceux qui portent aussi une jambe électronique. Le soir il faut la recharger pour qu’elle fonctionne. Alors, dans les hôtels où il n’y a qu’une prise, je dois décider si je recharge l’ordinateur, le téléphone portable ou la jambe orthopédique.

¿Esperaste tanto éxito? 

No mais je pense que tout cet succes a relation avec le pacte de vie.. A l’hôpital nous avions un pacte avec la vie. À l’âge de14 ans, comme des camarades d´hôpital mouraient, tous les autres nous avions décidé de diviser la vie de ceux qui mouraient pour qu’elle se multiplie en nous. Accomplir ainsi les rêves qu’ils n’avaient pas pu réaliser.

Pendant les dix ans que j’ai été à l’ hôpital, j’ai eu 3,7 vies dans la distribution, plus la mienne, 4,7. J’ai toujours senti que j’avais 4,7 vies en moi.4,7 vies

¿Has participado en la realización de la serie de televisión francesa para TF1? ¿Estás en contacto con los actores o el director? ¿Estás orgulloso del resultado? 

Oui, je pense que la version française a quelque chose d’unique. Quelque chose de spécial, les auteurs l’ont très bien adapté, le réalisateur est un génie, les acteurs sont uniques, les producteurs sont de l’amour pur et TF1 a une sensibilité incroyable. J’adore cette version française et je pense que c’est l’un des meilleurs.

¿Un mensaje para mis lectores? 

Le message principal est que ce n’est pas triste de mourir, que la triste chose n’est pas de vivre intensément..

Voilà ! Si vous voulez en savoir plus sur la série, ne ratez pas la saison 2 dès le 11 mars sur TF1 ! En attendant, le livre « Les Bracelets Rouges » est disponible aux éditions Le Livre de Poche !

A bientôt, et surtout n’oubliez pas : Croyez en vos rêves !


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s