#JNDYS: Romans pour préados dyslexiques

Les Editions Rageot proposent depuis peu des romans adaptés au pré-ados (jusqu’à 12 ans) atteints de dyslexie, dans la collection Flash Fiction. En voici quelques uns :

Les premiers titres de la collection

        1. Contact de Malorie Blackman

Cal est passionné de foot et, avec des copains et des copines, il a monté une super équipe. Mais dans leur monde, aucun contact physique n’est autorisé de peur des maladies. Alors Cal et ses amis sont obligés de faire preuve d’imagination… quitte à transgresser un peu les règles.


        2. Derrière la porte d’Agnès Laroche

Une porte fermée à clé à l’intérieur d’une maison, c’est louche ! Si tu étais à la place d’Émilie, toi aussi tu te méfierais… Non ?  Qu’y a-t-il derrière cette porte ? Un terrible secret, peut-être ?

 

        3. Une Ecole parfaitement normale de Jérémy Strong

Max est si grand qu’à l’école tout le monde se moque de lui. Ses parents ont tout essayé afin qu’il se sente plus heureux, mais rien n’y fait. Alors, pour qu’il prenne confiance, ils l’inscrivent pour un stage dans une école un peu spéciale : là-bas, il va apprendre à se faire respecter… et à se transformer en véritable monstre !  Loup-garou, fantôme ou chevalier sans-tête, que préférez-vous  ?

        4. Il Pleut des parapluies de Susie Morgenstern

Cela fait des semaines et des semaines qu’il pleut à verse. Célia n’en pleut plus. Mais la jeune fille a de la ressource : plus tard, elle veut être inventrice ! Voici donc son premier défi : concevoir un parapluie sans manche ! Un parapluie un peu magique… Grâce à sa folle imagination et à l’aide de Jules, un garçon de sa classe, peut-être trouvera-t-elle la solution?

La directrice de collection, Hélène Daveau, qui a accepté de répondre à quelques questions de Lirado, explique que ce projet est né d’un constat : « nous sommes conscients que, pour certains enfants, la lecture n’est pas un exercice attrayant… Sans parler de ceux pour qui la lecture représente en plus une vraie difficulté, soit parce que les mécanismes du déchiffrage ne sont pas acquis, soit par manque de pratique et donc d’endurance, soit à cause d’un handicap comme la dyslexie. » Dès lors, l’élaboration d’une collection à destination du public particulier que représente les enfants qui, a priori, « n’aiment pas lire », était lancée.

« Au lancement du projet, nous avions deux convictions : d’abord, il nous fallait des lectures courtes, ensuite, il fallait que leur structure narrative reste simple. Nous avons donc demandé à nos auteurs s’ils avaient envie d’écrire des romans pas trop « copieux » dans lesquels il n’y ait pas de difficultés structurelles ( par exemple pas de changements de point de vue ou de flash-back). Certains ont répondu à l’appel en nous envoyant des manuscrits… » De fait, les textes sont assez courts et oscillent entre 60 et 100 pages, dans une mise en page aérée.

Source Interview : LirAdo

Merci à 416_v.gif

        

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s